AM Art Films
Paris, 2023

Dans la tête de Guy Limone

Guy Limone

Guy Limone est un peintre qui ne peint pas de tableau.

A propos

Synopsis

Guy Limone est un peintre qui ne peint pas de tableau. Il place la couleur au centre de son œuvre et constitue sa palette à partir de ses collections de photographies, d’images et de figurines. «Dans la tête de Guy Limone» est un voyage, teinté d’humour, dans les cases du cerveau de l’artiste à la poursuite des possibilités infinies de la couleur.

L'artiste

Guy Limone est né en 1958 à Villefranche-sur-Saône (69). Il vit et travaille à Angoulême (16). Il est représenté par la galerie Eric Dupont, Paris

Fiche technique

Réalisation
Jean-Marc Gosse
Images
Eric Genillier
Montage
Isabelle Pires
Musique Originale
Jean Ledoux
Durée
06:52

Chronique

Pour interroger notre besoin d’ordre dans le chaos, Guy Limone lui a trouvé son credo mais il tient plus du jeu obsessionnel et rigolo que d’un ouvrage de Marie Kondo parce que l’univers, c’ est beau mais c’est un sacré bordel. Trop de gens, trop de bestioles, trop d’étoiles, trop de marques de camembert, trop de trucs quoi. Que des tas de machins au milieu de bidules qu’on sait pas quoi en faire tellement il y en a. Pourtant, faut bien qu’on s’y retrouve dans ce fourbi sinon on ne vit plus. Alors oui ok, mais comment on fait ?

Et bien il faut ranger. Et là, pas de conseils ; chacun sa méthode. Simple ou complexe, fantaisiste comme méthodique, toujours selon ses critères. L’important, c’est qu’elle nous convienne et surtout qu’elle fonctionne à notre échelle. Bon, tout d’abord, pour y voir clair, il faut tout bien mettre dans des catégories choisies que l’on classe selon des règles bien définies. Mais souvent- pour ne pas dire toujours - il y a un problème ; un machin ne rentre dans aucune de nos cases, enfin pas tout à fait, ça déborde un peu et il faut revoir tous nos choix. C’est que la vie ne se laisse pas faire, elle s’échappe de partout, tout le temps. C’est même son grand jeu de trouver un chemin au milieu des étagères, des casiers, des dossiers et des classeurs. Il n’y a pas de loi universelle ni de théorie M, pas de règles pour la retenir. Pourtant, alors qu’on le sait, on ne peut pas s’empêcher à nouveau de classer. Qu’est ce qui nous tarabuste autant dans le grand souk du vivant ? Pourquoi  ce besoin de maîtrise ? Cette volonté de contrôle ? De cohérence ? Cette envie d’harmonie ?

Son affaire à Guy, c’est le paradoxe ; il est peintre mais il ne sent pas la térébenthine. Il aime les nombres et les statistiques mais c’est toujours pour mieux les détourner. Ses matériaux de prédilections sont de minuscules figurines en plastique avec lesquelles il forme d’immenses foules lilliputiennes, des collections d’images piquées dans des journaux ou des pubs dont il fait des tapisseries à la limite du patchwork monochrome ou bien encore des tubes fluo remplis de petites photographies qui se transforment en dioramas de villes. Cette matière inépuisable, éléments éparses et multiples venus de notre quotidien, il la réagence avec des règles bien à lui dans lesquelles la couleur joue souvent un rôle primordial. Obéissant à la loi des séries, un énoncé statistique trouvé dans la presse donne sa forme et le titre de l’oeuvre, illustration dérisoire de notre désir de rationaliser, de synthétiser le réel.

Sorte de remède à la la complexité du monde, les œuvres de Guy Limone ont pourtant des gueules d’abstractions alors qu’elles sont conçues à partir d’images figuratives, ces petits bonshommes agencés sur les murs d’un white cube perdent en visibilité dans des compos minimales à souhait. Chez lui, la statistique s’efface au profit de l’humain, le micro devient macro et l’esprit de sérieux vire à l’absurde. Le jaune est la couleur préféré de Guy Limone. C’est aussi la couleur de la limonade qu’on sirote gamin mais aussi celle des services techniques, de ceux que l’on nomme les petites gens comme les gilets jaunes. Une couleur qu’il érige en étendard monochrome pour mieux défendre un art à jamais juvénile.


Thomas Bernard

Thomas Bernard est né à Libourne en 1980. Chroniqueur Art pour Fluide Glacial, il est aussi commissaire d'expositions pour la Véranda et co-directeur artistique pour Ferraille Productions du festival Formula Bula, bande dessinée et plus si affinités.
AM Art Films
0%